En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales, des publicités ciblées et analytique. Pour continuer à utiliser ce site, vous devez cliquer sur le bouton "J'accepte les cookies". Si vous refuser vous devez cliquer sur le bouton "En savoir plus" et modifier les options de votre navigateur.

« A la fin du XIXe, la mondialisation avait déjà un effet déflationniste »

Economie

Olivier Garnier est directeur général des études et des relations internationales à la Banque de France. Il passé par l’Insee, le ministère de l’économie et des finances et est membre du conseil scientifique de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Le XXe siècle a été marqué par des épisodes inflationnistes ou déflationnistes. Que sait-on des siècles précédents ?

Deux types d’épisodes inflationnistes ont été observés en Europe. Pour faire face à la chute des revenus fiscaux ou financer un conflit, comme au moment de la guerre de Cent Ans, le roi manipule la valeur légale de la monnaie et, souvent, en augmente la quantité en circulation, ce qui a pour effet d’en diminuer le pouvoir d’achat – et donc, de gonfler les prix. Le second type d’épisode est apparu après 1492.

L’économiste et philosophe français Jean Bodin l’a décrit au XVIe siècle : l’afflux soudain de métaux précieux venus du Mexique et de Colombie se traduisait par une surabondance de frappe de monnaie, en faisant, là encore, chuter la valeur relativement aux autres marchandises, comme le pain et les aliments de base.

La première vague de mondialisation, à la fin du XIXe siècle, s’est-elle accompagnée d’une hausse des prix ?

Non, bien au contraire. Entre 1820 et 1913, l’indice des prix n’a guère progressé de plus de 0,5 % par an en moyenne en France. Entre 1870 et le milieu des années 1890, on observe même une période de déflation, liée à l’ouverture des échanges commerciaux et aux gains de productivité qu’elle a permis. 

C’est ce que certains considèrent comme de la « bonne » déflation qui a profité au pouvoir d’achat de la classe moyenne naissante, par opposition à l’épisode déflationniste observé durant la grande dépression des années 1930, où il y a eu une spirale baissière des revenus, de la demande et des prix. Par certains aspects, la période 1870-1890 est comparable à celle...


Lire la suite : « A la fin du XIXe, la mondialisation avait déjà un effet déflationniste »


Articles en Relation

Réforme de la zone euro : la France et l’Allemagne entrent dans le vif du sujet La première vraie réunion de travail entre Olaf Scholz, le nouveau ministre allemand des finances, et son homologue français, Bruno Le Maire, vend...
L’Ile-de-France lance une vaste opération de mesure de la pollution des bus Première mondiale par sa méthode et son ampleur, l’étude va mesurer les émissions des gaz d’échappement de 22 autobus diesel. Lundi 25 juin,...
Dix chiffres sur le tourisme en France et dans le monde Secteur vital de l’économie française, soumis à forte concurrence, le tourisme sera l’objet de toutes les attentions à Paris, du 15 au 18 mar...
Les Chinois dopent le tourisme en France En cet après-midi d’août, la foule se presse devant le 21, boulevard Haussmann, au cœur de Paris. Les yeux fixés sur leur portable, une cinquantai...
L’addiction des enfants aux iPhone, comparable à « la malbouffe » La démarche est inédite. Samedi 6 janvier, deux actionnaires d’Apple ont adressé un courrier à la direction du groupe pour lui demander de lutt...
A Monaco, l’extension de la démesure Bouygues TP transfère vers la principauté le premier des dix-huit caissons fabriqués à Marseille. Mis bout à bout, ceux-ci délimiteront un nouveau q...